Hérésie

Publié le par Adopeste

Quand on entre dans le village d'Avignonet Lauragais, on trouve un panneau historique : " site cathare, massacre des inquisiteurs ". Plus loin, une " poterne des cathares " et une place " Raimon d'Alfaro ".

Puis quand on rentre dans Avignonet Lauragais, on rencontre ce personnage :
Qui est il ? Les cathares n'étaient pas armés et ce personnage là à une lance, un heaume, une croix est dessinée sur son bouclier. Une rapide recherche googleesque me confirme bien qu'il s'agit d'un croisé.
Un village qui porte tant de panneaux à connotation " cathare " affiche la statue d'un croisé en son centre ?

Là je ne comprends plus.

Davinci m'a offert un livre sur le lauragais cathare il y a un an, on va donc pouvoir reprendre l'histoire cathare d'Avignonet à son commencement.

Voilà ce qu'on apprend :
 

"
C'est dans la nuit de l'Ascension du 28 au 29 mai 1242 que fut massacré le tribunal de l'Inquisition (11 victimes). C'était le signal attendu d'un soulèvement général du Midi contre le Roi de France qui lentement, depuis 1209 et surtout 1229, annexait le comté de Toulouse au domaine royal. En 1229, le comte Raimon VII voit ses états amputés et sa fille Jeanne est dans l'obligation d'épouser un frère de Saint Louis. Pour se libérer il met sur pied une vaste coalition avec les comtes de Foix, de Comminges, de la Marche, les rois d'Angleterre et d'Aragon. Le massacre d'Avignonet devait donner le signal des opérations.
Le tribunal d'Inquisition est chargé de rechercher les suspects accusés d'être des Croyants cathares. Avec l'organisation méthodique de la délation, de fichiers dignes d'un système policier moderne, le Tribunal se fait remarquer par sa violence et ses exactions qui le conduisaient à exhumer et brûler les ossements d'hérétiques inhumés en terre consacrée. En janvier 1242, Guillaume Arnaud et Etienne de Saint Tibéry entreprennent une grande tournée en Lauragais : ce sera la dernière. Ils passent à Auriac, à Saint Félix, Labécède, Laurac, Fanjeaux. Le 20 mai ils sont à Sorèze puis à Avignonet dans le château du comte de Toulouse et dont le bayle est Raimon d'Alfaro. Ce dernier était un fils de Guillemette, elle-même fille naturelle de Raimon VI. Le soir du 28 mai, une troupe de chevaliers faydits, des cavaliers, des sergents, des habitants de Gaja la Selve sont sur une colline dominant le Mas Saintes Puelles et attendent la nuit pour pénétrer dans le castrum. Cette troupe est venue de Montségur. Dans Avignonet, une trentaine de personnes participent au complot. La nuit venue, la troupe atteint l'abattoir, force les portes du château à coups de hache, pénètre dans la pièce où dormaient les Inqui-siteurs, puis c'est la ruée sauvage et aveugle ; un véritable carnage : 11 victimes ("N'oublions quant même pas qu'ils avaient envoyé au bûcher une trentaine de personnes", écrit Michel Roquebert).
L'insurrection générale éclate en juin 1242 mais les défaites s'accumulent, le roi d'An-gleterre est battu à Taillebourg, le comte de Foix fait défection et Raimon VII vaincu doit signer la paix de Lorris (1243). L'église catholique et le Roi de France décident de s'emparer de Montségur pour abattre définitivement la capitale spirituelle du catharisme. Le siège commence au printemps 1243 et le bûcher final a lieu le 16 mars 1244."


Alors maintenant outre le fait que dans les fondements du catharisme, les cathares étaient des non-violents, je ne comprends toujours pas pourquoi un village qui s'annonce comme site cathare arbore sa place centrale de la statue d'un croisé, d'un emissaire de l'église de Rome, chargé d'éradiquer les hérétiques.
Si quelqu'un veut bien m'expliquer, je suis preneuse.

Mais en y regardant bien, tapez " cathare " dans google image et vous verrez que les résultats de votre requete ne sont pas des hommes mais pour la plupart des forteresses.

Trouver alors la bonne et juste representation de cet épisode de l'épopée cathare n'est sans doute pas aisée.

Publié dans Trésors

Commenter cet article

ovive 21/09/2008 08:36

Merci Monsieur Daniel
Bonhoure d'avoir répondu à ma cops qui se faisait des noeuds dans la tête à chercher pourquoi..Si j'osais, je répondrais que votre réponse est pour elle.. euh.. Que du Bonhoure !Pardonnez ce jeu de mots que vous devez connaître par coeur et merci pour votre visite et votre apport.

Bonhoure Daniel 21/09/2008 01:00

Ce n'est pas un croisé et encore moins Simon de Montfort. C'est une statue inspirée du dictionnaire de Violet Le Duc, d'un guerrier du Moyen Age. Avec sur sa poitrine les armoiries d'Avignonet et sur le bouclier les armoiries de la famille Désazars de Montgailhard. Tout à l'opposé d'un croisé, nom impropre, dire pélerin.

Adopeste 21/09/2008 08:05


Merci, je comprennais vraiment pas !!!!!
:-))


ovive34 19/08/2008 09:29

Hein ??? Tu es allée chercher des "Parfaits" de type glace au café ?Et en affichant mes scènes de rues, tu grossis aussi ? ;-)

crocus 19/08/2008 09:04

va-t-on trouver quelque part la représentation de parfaits?

Adopeste 19/08/2008 09:24


Google n'est plus mon ami !!
Je viens de prendre 10 kg rien qu'en affichant la page ...Et wé ! Encore !

;-)


ovive34 19/08/2008 07:22

La statue est "récente". Elle marque un épisode de l'histoire du village, celui qui précède l'arrivée des cathares de Montségur, le croisé monte la garde.;-)