En parlant de miles ..

Publié le par Adopeste

Ce matin avec Davinci, nous avons pris une grande décision : nous allons exploiter les miles acquis par nos maris auprès des compagnies aériennes, pour aller cister là où la navette nous ménera ! ...

MILES-copie-2.JPG

Paris, Nantes, Marseille, toutes les grandes villes n'ont qu'à bien se tenir !! ...On arrive !!

Publié dans Brêves de Midi-Py

Commenter cet article

Raymond & Ovive 13/02/2008 00:22

Mille énigmes... ça fait mille feuilles ?

LE MILLE-FEUILLES
 ( Raymond Devos  "A plus d'un titre" sketches inédits. France loisirs  sur les Editions Olivier Orban, 1989)
".... J'ai terriblement maigri ! A la suite d'un pari que j'ai fait et que je ne regrette pas..
Figurez-vous que récemment, à la fin d'un bon repas, tandis que l'on apportait les pâtisseries, quelqu'un me dit :
""Pourquoi n'écririez-vous pas un monologue sur la faim... la faim dans le monde ? "
J'ai dit : "Parce que ce ne serait pas drôle ! "
"Il me dit : "Si ! Si ! C'est vous qui crevez de faim, les gens vont mourir de rire ! "
J'ai dit : "S'il n'y a que ça pour les amuser, d'accord ! Je m'y mets et tout de suite ! "
L'entourage : "Tiens ? Le vieux jeûne ! "
Dès que je me suis senti le ventre creux... J'ai compris que la faim était proche !Je suis rentré chez moi et j'ai écrit le commencement de la faim!
J'ai commencé par la faim...
"Il était une fois la faim....
 (ayant faim)
Je me suis précipité chez le pâtissier le plus proche et devant la pâtisserie, il y avait un pauvre qui mendiait :
"" Monsieur, s'il vous plaît ,"
Je lui dis (...) : "J'ai déjà donné ! :
""Oh ! il me dit, pas à moi ! Je suis un nouveau pauvre, je ne suis encore sponsorisé par personne !"
Je lui dis : "Que ne le disiez-vous ! "
Je lui donne une pièce en lui disant : "Surtout, dites-bien partout que c'est moi  qui vous l'ai donnée !"
Il me signe un reçu pour mes impôts... et il s'engouffre à l'intérieur de la pâtisserie.
 ( Entré dans la pâtisserie, Raymond voit un mille-feuilles, mais comme il fait le régime pour maigrir, et qu'il est sensibilisé par le mendiant qui a faim, il entend des voix intérieures contradictoires. La troisième, plus raisonnable,  lui dit :  
" Tu vas partager ce mille-feuilles en trois, tu en donneras deux tiers au tiers monde."
Là, je me suis dit : "Je ne voudrais pas marchander... mais deux tiers pour le tiers monde, est-ce que celà ne fait pas un tiers de trop ? Et puis... est-ce que cela leur parviendra ? Pour peu qu'il y ait un intermédiaire peu scrupuleux, qui se moque du tiers monde comme du quart, qui détourne un des deux tiers à des fins personnelles, je préfèrerais manger les trois tiers en entier ! Au moins je saurais où ça va ! et tu garderas le troisième pour toi ! "
.. Et puis la question s'est posée : "" Où manger un pareil mille-feuilles ? "
On ne peut pas manger un pareil mille-feuilles  devant tout le monde ! Ce serait indécent. Il faut se cacher ! Mais où ?  Où se cacher ? Dans une église ? ... Peut-être. Oui, dans une église ! Oui, mais si le curé me surprend ? ... Je ferai semblant de feuilleter...
(mime de celui qui lit en se léchant les doigts plein de crème)
Non ! ... Derrière un pilier ? Oui, mais il y a Dieu là-haut qui voit tout...
.... (allusion à don Camillo  et à la pub des pâtes de Don Patillo non reportée en entier )
"Seigneur ce ne sont que de pauvres feuilles !"
Lui : " oui ! mais il y en mille ! Pense à ceux qui ont faim, homme de peu de foi...  Pour ta pénitence, tu me copieras cent fois le mot faim... et sans fin, le mot foi ! "
J'ai pensé : " je ferais peut-être mieux de prendre une religieuse..."
Et tout à coup, qui je vois derrière la vitre ?
(Je vous le donne en mille !)
Une religieuse.. une vraie.. authentique... Elle désignait mon mille-feuilles du doigt !
Alors, j'ai frappé à la vitre :
""Hé, ma soeur ! Non, non ! Il est à moi ce gâteau... Vous pouvez faire une croix dessus ! "
(essai d'influence mentale par raymond à travers la vitre)
"non, non ! Pas ce mille-feuille ! Tu ne vas pas prendre ce mille-feuilles ! Tu vas prendre une tarte ! Tu vas la prendre, la tarte ! "
Pour plus de sécurité, je suis entré dans la pâtisserie et j'ai entendu la religieuse : "" Donnez-moi vingt-quatre nonnettes ! c'est pour les pauvres de ma paroisse.. "
 (Raymond voit une autre cliente qui prétend acheter des pâtisseries "pour ses pauvres", et aperçoit son pauvre du début,  qui essaye de parler à la vendeuse)
"Et dans son coin, mon pauvre : "Est-ce que je pourrais avoir ... ?
la vendeuse (excédée) : "Une seconde, non !
Vous voyez bien que tout le monde s'occupe de vous !
Et vous, monsieur ? "
"Moi, je voudrais ce mille-feuilles-là ! "
Et je vois de l'autre côté de la vitre, deux grands yeux qui me regardaient... un petit visage d'enfant.. blême.. (amaigri)... Cela m'a rappelé des images insoutenables... que je croyais effacées de mon esprit...
Là, j'ai dit : "On ne rit plus !
La vendeuse : "C'est pour manger tout de suite ? "
J'ai dit : "Non, c'est pour offrir ! "
J'ai pris le mille-feuilles. je l'ai payé et je suis sorti... Je l'ai donné au gosse....
(Devos sort son manuscrit et le dévore  feuille après feuille sauf une...  d'où ce mot de la fin  )
LE MOT DE LA FIN
"Alors pour les gens qui veulent tout connaître, le mot de la fin :
"Pourquoi ne mangez-vous pas la dernière feuille ? "
J'ai dit : "Eh ! Et la part du pauvre ! "


(image issue de http://carolemaurel.blogspot.com)

Adopeste 13/02/2008 08:31

Génial cette histoire, je ne la connaissais pas, ...Ce Devos était un genie !;-)

l'hérault millionnaire ;-) 12/02/2008 13:58

On ne dit pas huit cent quatre vingt sept mille mille, On dit huit cent quatre vingt sept millions !

davinci 12/02/2008 11:51

Nous, nous avons aussi pour toi moi j'en ai plus de 887 000 miles alors ...

Ovive34 12/02/2008 11:48

Montpellier est une grande ville !Nîmes et Avignon aussi !Je n'ai pas de "Miles" moi madame !;-)

Adopeste 12/02/2008 11:30

Ovive, es-tu prête pour l'embarquement ?On t'amène avec nous ...;-)